/ Les collections

Apsara

Architecture vernaculaire du Rajasthan

Pour notre prochaine collection d’outerwear printemps-été nos créations s’inspirent des formes caractéristiques de l’architecture vernaculaire du Rajasthan. Une région aride située au nord-ouest de l’Inde marquée par l’héritage culturel des clans rajpoutes et qui connaît des périodes de sécheresse de plus en plus régulières et intenses. Nos vestes, Rhambha, Tilottama, Menaka, Anjana et Urvashi incarnent l’architecture du Rajasthan de demain. Comme toutes nos collections, Apsara raconte également une utopie. Une nouvelle page de l’histoire d’Oblique.


Téléchargez le lookbook.

Le Consortium Museum accueille les vestes futuristes de la nouvelle collection d'Oblique, Apsara, sous la direction de Maxime Antony. Une jeune femme défile dans ce site architectural unique. Elle arpente les cours, les couloirs, parcours les passerelles et déambules entre les œuvres. La musique, ponctuée de complaintes, oscille entre sonorités nerveuses et violentes. Dans cet univers immaculé et instable, les espaces sont complexes et le temps semble perturbé. Tout est fait pour nous désorienter. Pourtant, notre protagoniste marche avec assurance vers une destination qu'elle est la seule à connaître.


Pour en savoir plus sur la vidéo.

Inspiration

 L'ARCHITECTURE RAJPOUTE  

Apsara s’inspire de l’architecture vernaculaire du Rajasthan, le pays des rois en sanskrit qui tire son nom des populations rajpoutes. Cette communauté hindouiste est composée de multiples clans patrilinéaires qui ont à leur tête un roi qui porte le titre de Maharaja.

La région est parsemée de citadelles fortifiées typiques, avec en leur sein des temples hindous et jaïns à l'architecture millénaire. Les plus récents sont munis de palais aux riches ornements sculptés empruntés au style Moghole. Cette synthèse de style rajpoute-moghole est considérée comme l’âge d’or de l’architecture du Rajasthan.

Chaque palais est une trace laissée par les rois des différents clans rajpoutes. Ils sont les témoins d’une réalité historique, géographique, climatique, politique, mais également vecteurs culturels. Ces édifices incarnent l’unité de la communauté rajpoute et la diversité des différents clans.

Les fortifications matérialisent l’idéologie guerrière et l’histoire militaire de la région. Les temples attestent de la dimension centrale de la religion dans la société rajpoute. Les palais aux agréments ostentatoires marquent le besoin de chaque roi d’affirmer sa position de pouvoir et la légitimité de sa dynastie.

 LA DÉSERTIFICATION DU RAJASTHAN  

Aujourd'hui, le Rajasthan fait face à des problématiques écologiques et sociales d’ampleur. Notamment les sécheresses qui se multiplient et s'intensifient dû au climat régional et au réchauffement global. Ces sécheresses fragilisent l’accès à une ressource primordiale, l'eau. Elles vont même jusqu’à menacer la mousson, le vent saisonnier endémique qui génère les généreuses pluies d'été.

Comment l’architecture pourrait-elle répondre aux problématiques contemporaines du Rajasthan tout en conservant l’héritage culturel régional ? Quelle pourrait être l’architecture vernaculaire du Rajasthan de demain ?

NOTRE COLLECTION

Le point de départ d’Apsara témoigne de notre intérêt profond pour l’architecture. Nous nous sommes inspirés de la singulière culture Rajpoute qui a donné à ses bâtiments des formes caractéristiques, quasi-futuristes. Plus précisément cinq édifices régionaux, aux fonctions différentes et datant de diverses époques, mais tous relatifs au style rajpoute. En nous intéressant au Rajasthan nous avons rapidement pris connaissance des sécheresses qui frappent la région.  

La collection Apsara tire son nom de divinités éponymes mineures de la cosmogonie hindouiste. Les apsaras, sont des nymphes dont le nom signifie littéralement en sanskrit celles qui glissent sur l’eau. Elles sont associées aux rivières et à l’océan. Chaque veste porte le nom des plus connues d’entre elles Rambha, Tilottama, Menaka, Anjana et Urvashi. Ces noms portent l’héritage de la culture rajpoute, renvoient aux problématiques contemporaines de d'approvisionnement en eau de la région du Rajasthan qui s'aggravent et laissent entrevoir l’un des futurs possibles pour y répondre…

Notre utopie

Depuis la fin du 21ᵉ siècle, les moussons se sont raréfiées à cause de la hausse de température des océans. Les difficultés du gouvernement Indien à réagir au phénomène, particulièrement dans la région aride du Rajasthan, ont permis à une figure politique locale d'émerger. La quatorzième Maharadja du clan rajpoute de Jaipur se mobilise dès son accession au trône en 3042, pour trouver des solutions aux sécheresses répétées.

En 2267, il inaugure le chantier monumental d’un centre de recherche de pointe dédié à l'innovation hydraulique. Outre les efforts déployés, la dernière mousson est recensée en 2286. C’est sa fille ainée, la quinzième Maharani de Jaipur qui en 2292 présente au monde entier Apsara, le palais solaire des eaux.

L’édifice est composé notamment du Rambha baoli, le puits à degrés inépuisable, de Tilottama, le laboratoire de recherche hydraulique le plus prestigieux du monde, de Menaka, les remparts solaires, des réservoirs Anjana et le cénotaphe de la mousson, Urvashi.


Découvrez les épisodes de notre utopie tout au long de la saison dans nos chroniques.

français fr